Bandeau
Loup Ravi
Slogan du site

Cette association a pour but :
- D’organiser des manifestations dans le domaine culturel, social et festif
- D’entreprendre toutes actions justifiées par l’intérêt général de la commune de Le Bar-sur-Loup, notamment sur les aspects liés à l’environnement, au patrimoine et à l’aménagement du territoire communal.

Siège social : 3 Avenue du Général de Gaulle
06620 Le Bar-sur-Loup.
Date de la déclaration rectificative : 14 Septembre 2016

Exposition aux caves du château - Bar sur Loup
Immigration dans les Alpes Maritimes au XXème Siècle
Article mis en ligne le 7 septembre 2010
logo imprimer

Voila , c’est fini !!!!
- Un grand bravo a notre ami Edgar Sébastien qui a organisé ce rendez vous culturel avec l’aide du conseil général .
- Avec prés de 250 visiteurs , nous sommes heureux d’avoir pu vous presenter cette exposition .
- Nous ne manquerons pas de réiterer cette opération avec d’autres thémes .

Voici un petit résumé de l’exposition , par Edgar Sebastien

L’Exposition sur l’immigration dans les Alpes-Maritimes au XXème siècle
Du 21 au 26 août 2010, dans les caves du château du Bar sur Loup.

Beaucoup d’azuréens, comme le reste de la population française, sont issus de l’immigration.
Dans la seconde moitié du XXème siècle, la population française n’augmente plus, à l’inverse de celle des autres pays européens. Ce qui se traduit par une pénurie de main-d’œuvre. Il faut faire appel à une immigration en provenance des pays voisins : Italie, Belgique, Espagne, Suisse, Pologne…

Les 20 panneaux de l’exposition itinérante des Archives Départementales du Conseil Général, mis gracieusement à notre disposition, retracent les différents flux migratoires vers les Alpes-Maritimes tout au long du siècle dernier.

Dès la création du département en 1860, les premiers arrivants seront les Italiens (Ligures, Piémontais), attirés par le développement économique et les grands travaux.

Viendront ensuite après 1915, les Arméniens victimes du génocide, suivis de près par les Russes chassés de leur pays par la révolution bolchévique, et des Grecs expulsés de Turquie en 1923.

Les Anglais seront toujours attirés par la riviéra française, où ils ont laissé de nombreuses traces de leur passage.

Après 1936, certains immigrants ont fuit leur pays, tels les Espagnols à cause de la guerre civile, les juifs victimes du nazisme, des Italiens refusant le fascisme.
De 1945 à 1955, l’immigration européenne va se ralentir, mais est remplacée par un apport d’origine maghrébine.
De 1956 à 1972, la décolonisation sera le moteur de l’accélération d’une immigration africaine, avec également un apport asiatique, portugais et Cap-verdien, yougoslave.
Après 1972, l’immigration sera freinée, et diverses lois vont fixer les modalités du séjour des étrangers sur le sol français.
L’intégration de ces immigrés sera plus ou moins rapide et plus ou moins bien réussie. Les principaux facteurs d’intégration seront : l’école et l’apprentissage de la langue française, le travail, le logement, la vie sociale et culturelle.
Il a fallu attendre le dernier quart du XXème siècle, pour que les pouvoirs publics se préoccupent du logement de l’immigré, qui était très souvent précaire et insalubre. Leur installation dans les banlieues a eu pour effet d’accentuer la ségrégation sociale, et n’a pas toujours résolu une totale intégration, ce dont souffre une certaine population.
Voici, brièvement présenté, le thème de cette exposition dont l’inauguration a eu lieu le samedi 21 août à 18 heures.
En complément à l’inauguration, une rapide présentation sur le thème de l’émigration au départ des Alpes-Maritimes au XIXème siècle vous a été proposée.
En effet, à l’initiative de deux personnes, Mr MERCURIN propriétaire-électeur de Grasse en 1842, et Mr ABBO maire de Castellar en 1873, deux villages de peuplement européen ont été créés près d’Alger. Chacun de ces deux personnages a entrainé 50 à 60 familles pour tenter l’aventure algérienne, avec une égale réussite pour le développement de ces villages, sur une terre plus ou moins hospitalière à ces époques.
Mr MERCURIN, avec les gens de la région grassoise, a créé CHÉRAGAS en 1842.
Mr ABBO, avec une population des villages de Castellar, Sospel, Moulinet et Breil a créé BOIS-SACRÉ en 1873, qui s’est appelé ensuite ABBO en hommage à ce pionnier.

Tels étaient les sujets de ces pages de l’histoire de notre beau département que nous vous avons proposés dans ce magnifique lieu historique.

Edgar SÉBASTIEN


Forum
Répondre à cet article

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2009-2017 © Loup Ravi - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.29