Bandeau
Loup Ravi
Slogan du site

Cette association a pour but :
- D’organiser des manifestations dans le domaine culturel, social et festif
- D’entreprendre toutes actions justifiées par l’intérêt général de la commune de Le Bar-sur-Loup, notamment sur les aspects liés à l’environnement, au patrimoine et à l’aménagement du territoire communal.

Siège social : 3 Avenue du Général de Gaulle
06620 Le Bar-sur-Loup.
Date de la déclaration rectificative : 14 Septembre 2016

Chiara ne veut pas perdre « sa maman d’école »
Article mis en ligne le 20 décembre 2010
dernière modification le 20 décembre 2011
logo imprimer

Chiarra ne veut pas perdre « sa maman d’école »

« Légalement, je peux laisser ma fille aller à l’école sans accompagnant. Mais sans adulte, Chiara est en danger. Depuis que Géraldine (à gauche sur la photo) est à ses côtés, elle a progressé. Je ne laisserai personne lui enlever ça. » Et pour cela, Magali Léonardi, sa maman, va se battre.
MARION ANIEL

Le Bar-sur-loup La petite fille, handicapée, est à nouveau tributaire de décisions administratives. En mai, le contrat de son assistante de vie scolaire ne sera pas renouveléNous avions quitté Chiara en novembre 2009, sur les bancs de l’école Amiral-de-Grasse au Bar-sur-Loup. Tout sourire aux côtés de Géraldine Nicolle, son auxiliaire de vie scolaire (AVS). Voilà où nous avions l’histoire de ce petit bout de chou né avec un handicap. « À sa naissance, on m’a dit : " Madame, votre fille ne pourra pas vivre ". » Chiara Léonardi a six ans. Et depuis plus d’un an, elle est scolarisée. Preuve que rien n’est jamais perdu.

Il faut dire que la petite est bien entourée. Des parents au moral d’acier, un grand frère attentif... et Géraldine. « Sa maman d’école », confie Magali Léonardi. Et pour cause, sur les douze heures hebdomadaires de scolarisation de Chiara, l’AVS est omniprésente. « Je suis ses yeux, ses oreilles... Je ne la quitte jamais », raconte-t-elle. Cette histoire a commencé le 4 novembre 2009. Et pourrait bien se terminer le 4 mai. Décision administrative oblige.

Un cri du coeur, un appel au secours
« J’ai su mardi que je ne serai pas renouvelée », lâche, dépitée, Géraldine Nicolle (lire encadré). La déception est d’autant plus grande que c’est tout un travail avec Chiara qui va s’achever. Entre ces deux-là, une vraie complicité est née. À force d’écoute, d’échanges, de temps passé à se découvrir.

« Nanaille, nanaille ! » La petite Chiara appelle Géraldine. « Je lui dis souvent que c’est une canaille, aujourd’hui, elle m’appelle " nanaille " », sourit l’AVS. Ça peut paraître dérisoire pour certains mais pour la maman, c’est une avancée immense. « Avant, Chiara n’avait jamais communiqué par la parole, aujourd’hui, elle essaie de parler. Depuis qu’elle connaît Géraldine, elle l’assimile à l’école. Pour elle, c’est un repère. Je ne laisserai personne lui enlever ça. »

Un cri du coeur, aux airs d’appel au secours. Depuis qu’elle va à l’école, la petite fille a progressé. « On sent qu’elle est plus attentive quand on lui parle, elle échange beaucoup par le regard, le toucher, ce qu’elle ne faisait pas avant. » Magali Léonardi ne trouve pas de mots assez fort pour qualifier cette « injustice ».
« Tous les enfants ont besoin de stabilité, de repères, alors vous imaginez une enfant handicapée... »

Si tout se passe comme prévu, le 4 mai, Chiara se séparera de Géraldine. La question est : que va-t-il se passer ensuite ? « On m’a dit que j’aurai quelqu’un d’autre. Déjà, je doute qu’en cours d’année scolaire, on me trouve quelqu’un et quand bien même, comment peut-on imaginer que cette petite va s’habituer à une nouvelle personne du jour au lendemain ? » Ce qui laisse aussi entendre que l’enfant aura une nouvelle AVS pour deux mois, les vacances scolaires débutant début juillet.

" On n’a pas fait tout ça pour rien "

« Ça va la perturber, c’est un coup à ce qu’elle ne veuille plus aller à l’école. » Là alors, le travail accompli cette dernière année partirait en fumée. « On sait qu’elle a progressé. Mais la moindre contrariété peut nous faire repartir de zéro. Je ne veux pas croire qu’on a fait tout ça pour rien. » Comme d’habitude - car dans ce dossier, les difficultés administratives sont devenues récurrentes - Magali Léonardi compte faire entendre sa voix (courriers aux élus, à l’Inspection Académique...). Pour que sa requête trouve une issue favorable.

Pour que sa fille soit respectée. Tout simplement.

maniel@nicematin.fr

article Nice matin 12mars 2011


flèche Sur le web : COLLECTIF PACA - Emplois aidés

Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • Information Importante
  • 182.7 ko / PDF
  • lettre au prefet
  • 70.9 ko / PDF
  • Texte Recherche Empli AVSI
  • 335.8 ko / JPEG
Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2009-2017 © Loup Ravi - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.29