Bandeau
Loup Ravi
Slogan du site

Cette association a pour but :
- D’organiser des manifestations dans le domaine culturel, social et festif
- D’entreprendre toutes actions justifiées par l’intérêt général de la commune de Le Bar-sur-Loup, notamment sur les aspects liés à l’environnement, au patrimoine et à l’aménagement du territoire communal.

Siège social : 3 Avenue du Général de Gaulle
06620 Le Bar-sur-Loup.
Date de la déclaration rectificative : 14 Septembre 2016

Mane/La Sarrée : bientôt plus classée site à haut risque ?
Article mis en ligne le 5 novembre 2011
dernière modification le 12 février 2012
logo imprimer

Gagner deux batailles ne vous garantit jamais de gagner la guerre. Mais ça vous met tout de même dans une bonne position. C’est ce qui s’est passé ces derniers mois au parlement européen. Là, deux comités - dont l’un environnemental - ont approuvé le projet amendé de la révision de la « directive Seveso » qui prend en compte les risques industriels. Une révision qui pourrait permettre, si le texte est voté au parlement, de classer de façon plus proportionnée l’usine Mane de la Sarrée au Bar-sur-Loup (lire par ailleurs). « Jean Mane, président de la société Mane et Han-Paul Bodifée, président du syndicat des parfumeurs Prodarom, ont su me convaincre, il y a un an et demi, de la justesse du combat à mener », expliquait le député européen Gaston Franco, en visite au Bar-sur-Loup. « Mes confrères européens ont saisi, dans les différentes commissions, l’importance qu’il y avait à amender la directive. Sur mes quatorze amendements, douze ont été retenus », se félicitait-il. L’un des plus importants amendements concerne le stockage de certaines matières premières naturelles qui avaient été classées, en 2008, dangereuses pour l’environnement.« Une erreur : ces produits qui proviennent de la nature, de l’agriculture, sont encadrés par des seuils excessivement bas », insistait Jean Mane. « Ce sont des huiles essentielles d’agrumes pour la plupart étaient déjà classés comme "inflammable", ce qui n’était pas contestable. Mais pourquoi avons-nous rajouté des contraintes injustifiées en baissant les seuils ? Cela est né d’une méconnaissance totale de notre métier et de nos produits. C’est pour cela que nous nous sommes battus. Et pas uniquement pour notre société, mais pour toutes les entreprises », rappelait le chef d’entreprise, à la tête du sixième groupe mondial du secteur. Le vote définitif du parlement devrait intervenir avant la fin de l’année. « Ce travail est très intéressant. Il existe une vraie synergie sur ce sujet entre l’entreprise et le politique », constate de son côté Gaston Franco.
Et Jean Mane de résumer :« Nous nous sommes battus sur le plan européen pour que le ridicule ne nous tue pas. »

Nice matin
fpigalle@nicematin.fr


flèche Sur le web : L’article Nice Matin

Forum
Répondre à cet article

Mots-clés associés

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2009-2017 © Loup Ravi - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.29