Bandeau
Loup Ravi
Slogan du site

Cette association a pour but :
- D’organiser des manifestations dans le domaine culturel, social et festif
- D’entreprendre toutes actions justifiées par l’intérêt général de la commune de Le Bar-sur-Loup, notamment sur les aspects liés à l’environnement, au patrimoine et à l’aménagement du territoire communal.

Siège social : 3 Avenue du Général de Gaulle
06620 Le Bar-sur-Loup.
Date de la déclaration rectificative : 14 Septembre 2016

Eglise St Jacques le Majeur

L’EGLISE SAINT-JACQUES-LE-MAJEUR
(classée Monument Historique).

Elle a été édifiée entre les XIIIe et XVe siècles.
Elle comporte une nef gothique à un seul bas-côté avec un clocher latéral et de superbes vantaux du portail gothique dus au ciseau du sculpteur sur bois Grassois Jacotin Bellot.
Derrière le maître-autel, un retable attribué à Louis Bréa, composé de 14 tableaux peints sur fond or.
Une extraordinaire peinture sur bois du XVe siècle d’Honoré Alzine : la Danse Macabre.
Dix hommes et dix femmes dansent au son des instruments de musique, surmontés de leur âme de pécheur qui les quitte, sans doute pour les abandonner à leur triste sort. Saint Michel pose les âmes sur une petite balance aux pieds du Christ.
La mort envoie sa flèche. Le diable enfourne un mort dans la gueule de l’enfer. Un poème en provençal explique les détails de cette fresque et son origine : au cours d’un bal organisé par le comte de Grasse en plein Carême en 1482, plusieurs convives tombèrent raides morts. La Danse Macabre est un thème souvent repris et illustré dans les églises médiévales. Il avait pour but d’inciter les vivants à méditer sur leur fin dernière et à redouter le sort éventuel qui les attendait pour les punir de leur inconduite : les flammes de l’enfer.
Au fond de l’église trône une étrange vasque de marbre noir, qui n’est autre que l’ancien lavabo de la comtesse, sauvé du pillage et du vandalisme des révolutionnaires en 1792, et un dais d’autel baroque, autrefois doré.

Qui est Saint Jacques le Majeur ?

Dans le Nouveau-Testament, il existe plusieurs "SAINT JACQUES" (note). Celui de Compostelle est "le Fils de Zébédée" ou saint Jacques le Majeur. On le distingue de saint Jacques le Mineur fils de Marie, la femme de Cléophas et frère de Joseph. Ce saint Jacques le Mineur est parfois appelé "frère du Seigneur" du fait de sa parenté avec Jésus et de son rôle important dans la première communauté chrétienne de Jérusalem. Saint Jacques, "Fils d’Alphée" qui faisait partie du groupe des douze est parfois confondu avec saint Jacques le Mineur alors que c’est probablement un personnage différent.
Notre SAINT JACQUES était fils de Zébédée et de Salomé, une des femmes qui avait suivi Jésus et se trouvait au pied de la Croix. L’Apôtre Jean était son frère. Avec leur père Zébédée et avec Pierre et André, ils avaient une petite entreprise de pêche au nord du lac de Tibériade. C’est dans ce petit groupe que Jésus choisit ses quatre premiers disciples. Ils répondirent à l’appel de Jésus "immédiatement". C’est Jésus lui-même qui donna à notre saint Jacques et à Jean le surnom de "fils du Tonnerre", probablement à cause de leur ardeur. À des étapes décisives de sa vie (résurrection de la fille de Jaïre, Transfiguration, Agonie dans le jardin des Oliviers), Jésus s’entoura de Pierre, Jacques et Jean.

Jacques enfin, est l’un de ceux dont le nom est cité dans les rencontres avec Jésus ressuscité.

On ignore tout de son activité dans l’Église naissante mais c’est lui que le roi Hérode Agrippa 1er choisit de faire périr vers l’an 44 pour punir et affaiblir la jeune communauté chrétienne de Jérusalem. Dans sa jeunesse, Hérode avait mené à Rome une vie licencieuse. Il y fut en très bonnes relations avec les empereurs Caligula et Claude qui le gratifièrent du pouvoir royal sur toute la Palestine. Son gouvernement fut favorable à l’orthodoxie juive probablement pour faire oublier ses attaches romaines. Saint Jacques fut décapité vraisemblablement comme idolâtre. La divinité de Jésus n’étant pas reconnue par les juifs, l’adorer était de l’idolâtrie.

ASSOCIATION FRANÇAISE des PÈLERINS de SAINT JACQUES de COMPOSTELLE

Les articles de cette rubrique
Les sous-rubriques de cette rubrique
Le Rétable de Louis Bréa
Qu’est-ce qu’un retable ? STRUCTURE ARCHITECTURALE ET ELEMENTS DECORATIFS Tabula de retro ou retro tabulam : le retable est un ornement qui (...)
Cette rubrique contient 1 article

Dernières Parutions

Dimanche 20 mars à 10H30
Publié le 9 mars 2011
Mgr Louis Sankalé
Publié le 6 mars 2011
Qui est Louis Bréa ?
Publié le 9 juin 2009
Qui est St Jacques le Majeur ?
Publié le 9 juin 2009

Choisis pour Vous

Mgr Louis Sankalé
Publié le 6 mars 2011
Qui est Louis Bréa ?
Publié le 9 juin 2009
Qui est St Jacques le Majeur ?
Publié le 9 juin 2009
Dimanche 20 mars à 10H30
Publié le 9 mars 2011

Dernières Parutions

Dimanche 20 mars à 10H30
Publié le 9 mars 2011
Mgr Louis Sankalé
Publié le 6 mars 2011
Qui est Louis Bréa ?
Publié le 9 juin 2009
Qui est St Jacques le Majeur ?
Publié le 9 juin 2009
pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs puce

2009-2018 © Loup Ravi - Tous droits réservés